13 septembre 2015

J'enseigne ... en CP

Ça y est, déjà deux semaines se sont écoulées. On dirait qu'il y en a eues davantage. J'étais très stressée au début, j'ai cru ne jamais m'en sortir mais au final je suis toujours vivante !

Débuter en CP c'est assez difficile quand on connait pas le niveau mais avec les guides pédagogiques, quelques conseils de CPC et de collègues, des élèves pas trop compliqués on s'en sort plutôt bien au bout du compte.

Ce qui m'a surtout posé problème c'est la quantité de cahiers dont les élèves disposaient : il sortent de maternelle et ont une dizaine de cahiers avec lesquels moi-même je me perdais.
Ce qui est embêtant aussi c'est de ne pas savoir comment corriger les productions d'élèves de CP (smileys, tb/b/ab, A/B/C/D, vu, ...) "Maitresse ! Ca veut dire quoi "TB" ??? - Ah oui c'est vrai vous ne savez pas ... alors "TB" c'est pour très bien ... donc si je mets "B" qu'est-ce que ça pourrait-être d'après vous ? - Moi je sais ! Moi je sais ! "B" ça veut dire Bof !".
Ce qui est énervant aussi ce sont les préparations des cahiers d'écriture et des dates sur les cahiers du jour à écrire pour CHAQUE élève avec notre PLUS belle écriture ... oui parce que il suffit que tu relèves légèrement la boucle de la fin de ton modèle pour le <e> en cursive  sans faire exprès et parce que tu arrives à la fin de ta pile de cahiers et que t'en as marre, et le lendemain ça ne manque pas ... l'élève qui doit reproduire ce "e" refuse de faire toucher "la fin de la boucle du <e>" sur la grosse ligne parce que sur ton modèle il s'envole un peu alors "il faut faire pareil partout" ...
Ce qui décourage aussi c'est quand l'année scolaire d'avant tu avais des CM2 qui étaient bien autonomes et aptes à rentrer au collège et que l'année suivante tu te retrouves avec des élèves qui sortent de maternelle; des élèves qui ne savent pas tailler un crayon (enfin si ... avec une tonne de pelures parterre et des mines coincées dans les entailles); des élèves qui ne savent pas écrire leur prénom même en capitales et qui ne reconnaissent pas leur travail donc tu te retrouves avec plein de feuilles rendues sans nom que tu ne peux rendre à personne; des élèves qui sont incapables d'écouter des consignes collectives et qui veulent que tu leur dises tout en individuel, tu as donc l'impression d'être un perroquet toute la journée.

Mais quoi qu'il en soit ... je me sens un peu moins stressée qu'à la rentrée et au fur et à mesure je m'habituerai au CP et à ces nouveaux élèves qui sont très mignons. Jusqu'à ce que mon remplacement se termine et que je sois appelée ailleurs et que j'ai tout à recommencer à zéro ... Après tout c'est ça le métier d'enseignant.